facebook
instagram
Ouvrages | Médecine / Psychiatrie Discours de la conservation de la veue : des maladies mélancholiques, des catharres : & de la vieillesse
recherche
zoom
Passez votre souris sur la photo pour ZOOMER
(Réf. 77810)
900 TTC
DU LAURENS, André
Discours de la conservation de la veue : des maladies mélancholiques, des catharres : & de la vieillesse
À Paris, chez Mettayer, 1606, in-16, [12]-274-[1] feuillets, vélin souple de l'époque.
La première édition de cet ouvrage fut imprimée à Tours en 1594. En tout, il contient quatre discours, dédiés Louise de Clermont, comtesse de Tonnerre et duchesse d'Uzès, protectrice de l'auteur. Les deux premiers discours offrent un intérêt tout particulier pour l'histoire de la médecine : Le premier est, avec le traité de Guillemeau, l'une des premières monographies sur l'anatomie et les maladies de l'oeil ; Le second concerne les "maladies mélancoliques", que Du Laurens définit comme un délire sans fièvre. Ce texte, très célèbre à son époque, est le premier traité rédigé en français sur les affections mentales. Il se situe, en quelque sorte, à la "préhistoire de la psychopathologie" (Radu Suciu, édition commentée du Discours des maladies mélancoliques, Klincksieck, collection "Génie de la Mélancolie", 2012). L'auteur distingue trois types de maladies mélancoliques : la première venant du cerveau, la seconde de tout le corps, par sympathie, et la troisième des organes contenus dans l'hypochondre (foie, rate, mésentène). Chacune de ces mélancolies appartient à des humeurs spécifiques, en accord avec la théorie hippocratique. Du Laurens propose des moyens de les guérir, tout en reconnaissant à quel point cette guérison est malaisée. André Du Laurens (1558-1609) fut professeur à l'université de Montpellier. Appelé à Paris en 1598, il devint médecin de la cour ; il passa ensuite au service de Marie de Médicis et devint médecin ordinaire puis premier médecin de Henri IV. Ses travaux sur la mélancolie ont eu une influence importante en dehors de la France, notamment en Angleterre ; le Discours sur la mélancolie est traduit en 1599 Richard Surphlet et constitue dès lors une source importante pour les auteurs anglais. Il précède notamment la célèbre Anatomie de la Mélancolie de Robert Burton (1621). Une charnière intérieure ouverte, petite galerie de vers en pied des derniers feuillets, sans atteinte au texte. Krivatsy n° 3515. Semelaigne I, pp. 38 et suiv.
Librairie Alain Brieux - 48, rue Jacob - 75006 Paris - Tél.: 01 42 60 21 98 - Graphisme: Maud - Réalisation: STUDIO DE LÀ ®