facebook
instagram
Instruments | SCIENCES / Physique DYNAMOMÈTRE DE REGNIER
recherche
zoom
Passez votre souris sur la photo pour ZOOMER
(Réf. 68601)
4 500 TTC
DYNAMOMÈTRE DE REGNIER
Paris, 1800-1810, L = 33 cm ; H : 23 cm, laiton gradué et acier.
Instrument permettant de mesurer les forces. L'appareil est constitué d'un ressort elliptique en acier forgé recouvert de plomb (pour en éviter l'altération) ; ce ressort est surmonté d'une double échelle en laiton, gravée en myriagrammes (104 grammes) et en kilogrammes. Une aiguille d'acier à deux flèches permet la mesure. La première échelle, graduée tous les 5 kg, permet d'utiliser le dynamomètre en extension, comme pour la mesure de la force des muscles du bas du dos. La deuxième échelle était pensée pour une utilisation en compression, notamment pour la mesure de la force des mains. Edmé Régnier (1751 - 1825), ingénieur mécanicien français, Arquebusier puis mécanicien des États de Bourgogne, devint, à la Révolution, inspecteur de la fabrication des armes portatives. Il fut le créateur et premier conservateur du musée d'Artillerie. Créateur de nombreux objets insolites comme le pistolet à lanterne pour se défendre la nuit ou bien le bracelet en acier aimanté contre les maux de tête, ses inventions majeures sont le sécateur pour la taille des arbres et le présent dynamomètre. Régnier commença à travailler sur cet instrument dès 1780 : "M. de Buffon et son digne collaborateur M. Gueneau de Montheliard, furent les premiers qui m'engagèrent à composer une machine portative, qui, par un jeu facile et commode, pût les conduire à résoudre la question dont ils s'occupaient ; mais lorsque le dynamomètre fut fait, la France perdit ces deux hommes célèbres" (p. 9, Mémoire...). Il le termine en 1896. Modèle de taille moyenne destiné à mesurer la force des hommes, l'inventeur destinait l'instrument à l'éducation physique comme il l'explique : "Ainsi, nos écoles obtiendront des moyens de récréation qui, loin de blesser les élèves, leur donneront au contraire un nouveau genre d'exercice utile au développement de leur force physique" (p. 9). L'instrument servit au naturaliste et explorateur François Péron (1775-1810) afin de comparer les forces humaines, il prétend ainsi prouver la supériorité de la force des hommes "civilisés" sur celle des "sauvages" et "il a démontré, d'une manière évidente que le perfectionnement de l'ordre social ne détruit pas nos forces physiques, comme l'ont prétendu quelques personnes" (p. 10). Le même naturaliste raconte son arrivée sur l'île Maria avec l'instrument : "Je fis apporter le dynamomètre de Regnier, du canot où je l'avais laissé jusqu'alors ; j'espérais que la forme de l'instrument et son usage pourraient peut-être fixer l'attention des hommes farouches que je voulais soumettre à son épreuve. Je ne me trompais pas ; ils admirèrent l'instrument ; tous voulaient le toucher en même temps, et j'eus beaucoup de peine à empêcher qu'il ne fut brisé (p. 11). Fournis avec les accessoires suivants : 2 anneaux de fer, s'ouvrant à charnière pour recevoir le coude du ressort, lorsque l'on veut essayer la force des chevaux, ou pour d'autres expériences qui exigent une grande force, ainsi qu'un cale pied cranté et un crochet en fer à manche d'ébène pour tenir le dynamomètre debout et mesurer ainsi la force de ses reins. Traces d'oxydation. Accompagné de : "Mémoire sur le dynamomètre de M. Régnier, membre honoraire du Comité consultatif des Arts et Manufactures", Extrait du bulletin de la Société d'encouragement, n°CLVI, 11 pages et une planche avec figures gravées, imprimerie de Madame Huzard, 1817, broché sous couverture d'attente. Instrument rare et en très bon état dans sa boîte d'origine. Celle-ci, en bois couverte de basane et intérieur feutré vert compartimenté, poignée et fermoirs en laiton, en l'état. Luc Chanteloup, Les trésors du Prytanée national militaire de la flèche, p. 132-133, p. 316 : modèle similaire.
Librairie Alain Brieux - 48, rue Jacob - 75006 Paris - Tél.: 01 42 60 21 98 - Graphisme: Maud - Réalisation: STUDIO DE LÀ ®