facebook
instagram
Ouvrages | Médecine / Sexologie La nymphomanie, ou traité de la fureur utérine
recherche
zoom
Passez votre souris sur la photo pour ZOOMER
(Réf. 73918)
300 TTC
BIENVILLE (D.T. de, pseudonyme de Jean Baptiste Louis de THESACQ)
La nymphomanie, ou traité de la fureur utérine
Amsterdam, M.M. Rey, 1778, in-12, XXII-[2]-179 pp., veau marbré de l'époque, dos à nerfs et fleuronné, pièce de titre fauve.
Nouvelle édition ; la première est de 1771. Première description médico-sociale de la nymphomanie ; sous ce terme, Bienville (1726-1813) englobe toutes les affections mentales tournant autour des idées érotiques. Il reprend à son compte le terme de "fureur utérine", bien établi depuis qu'Erasme en a fait un objet de ses moqueries dans l'Éloge de la folie. Son ouvrage fait pendant à l'Onanime de Tissot. Ce traité marque la naissance de la sexologie au siècle des Lumières. Bienville appréhende la nymphomanie comme une perversion de l'ordre social auquel la femme ne peut définitivement remédier qu'en réintégrant sa position sociale appropriée, c'est à dire en se mariant. Puisque "les loix de la Société [...] établissent les droits et les limites convenables à chaque sexe", "seul le mariage guérit la métromanie, surtout quand elle a pris sa source dans une violente passion qu'il est enfin permis de posséder". En effet, comme l'auteur l'analyse plus loin, il faut prendre garde au rôle joué par l'imagination dans le développement de la nymphomanie et se méfier du penchant du siècle, le libertinage. Précisons, enfin, que l'ouvrage se termine sur un "Appendix des formules", liste détaillée des remèdes prescrits au sein des savoureux témoignages et histoires relatés par l'auteur. Bon exemplaire.
Librairie Alain Brieux - 48, rue Jacob - 75006 Paris - Tél.: 01 42 60 21 98 - Graphisme: Maud - Réalisation: STUDIO DE LÀ ®