facebook
instagram
Ouvrages | VOYAGES / Asie / Extrême-Orient Voyage de Siam, des pères jésuites, envoyés par le Roy aux Indes & à la Chine. Avec leurs observations astronomiques, et leurs remarques de physiques, de géographie, d'hydrographie, & d'histoire
recherche
zoom
Passez votre souris sur la photo pour ZOOMER
(Réf. 72147)
4 800 TTC
TACHARD (Guy)
Voyage de Siam, des pères jésuites, envoyés par le Roy aux Indes & à la Chine. Avec leurs observations astronomiques, et leurs remarques de physiques, de géographie, d'hydrographie, & d'histoire
À Paris, chez Arnould Seneuze et Daniel Horthemels, 1686, in-4, [16]-424-[8] pages, 19 (sur 20) planches gravées sur cuivre, dont 10 repliées, demi-veau à l'imitation, pièce de titre rouge, tranches rouges.
Édition originale, rare, de la première relation de voyage en Thaïlande du père jésuite d'Agoulême Guy Tachard (1651-1712). Exemplaire incomplet de la planche double qui représente le "balon" (la barque) du prince du Siam. L'illustration se compose de cartes, de planches d'histoire naturelle, de costumes et de représentation de galères d'apparat siamoises ; en outre, l'ouvrage est illustré d'une vignette au titre, d'un bandeau et d'une lettrine historiée à la dédicace, ainsi que de 6 bandeaux en tête de chaque livre, le tout gravé en taille-douce par De Cornelis Vermeulen, d'après les dessins de P. Sevin. Guy Tachard, qui a déjà effectué de grandes traversées vers les Amériques, est désigné en 1685 pour faire partie de l'ambassade d'Alexandre de Chaumont, envoyée par Louis XIV auprès du roi du Siam Ramathibodi III dit Naraï le Grand ; François-Timoléon de Choisy, l'abbé travesti, est également du voyage. Il s'agit de la première ambassade française envoyée en Extrême-Orient. Son objectif est double, mercantile d'une part et prosélyte de l'autre : Louis XIV souhaite en effet renforcer le partenariat commercial avec le Siam, restaurer la gloire de la Compagnie française des Indes et faire ainsi concurrence au commerce hollandais, tout en poussant à la conversion le souverain Naraï et ses sujets à la religion catholique. L'ambassade embarque à bord de l'Oyseau pour une traversée de sept mois, qui débute à Brest, passe par le Cap de Bonne-Espérance et par Java. Tachard, qui est accompagné de six de ses coreligionnaires, fait de nombreuses observations qu'il publie dans la présente relation ; il décrit les populations hottentotes, les jardins du gouverneur du Cap, diverses espèces animales, telles que l'éléphant, le rhinocéros, le zèbre, la vache marine, différents types de lézards ou encore le caméléon, ou encore des plantes : notons une jolie planche de botanique sur laquelle figurent l'arbre à thé, l'aréquier et ses noix de bétel, ainsi que des racines de ginseng qui, dressées sur leurs ramifications, semblent se promener à l'arrière-plan. Le rôle de Tachard dans l'ambassade s'avère plus important que prévu ; tandis Chaumont et Choisy échouent dans leurs tractations en s'évertuant à entretenir le roi Naraï de religion, alors qu'il n'a nullement intention de se convertir, et en négligeant l'objectif mercantile, le père jésuite est repéré par le ministre du roi siamois, le grec Phaulkon : ce dernier fait de lui l'interlocuteur privilégié du roi, le charge des "négociations secrètes", ainsi nommées par Choisy dans ses mémoires, et de la suite des pourparlers en France. L'ambassade de Chaumont quitte finalement le Siam le 22 décembre 1685, accompagnée de trois dignitaires siamois que Louis XIV reçoit en grande pompe dans la Galerie des glaces le 1er septembre 1686 : cette scène de présentation est reproduite dans la présente relation, sur le bandeau qui orne la dédicace. Très en faveur à la cour, Tachard se trouve en position de force pour mettre sur pied une seconde ambassade, dirigée par Simon de la Loubère, qui sera destinée à former une réelle alliance entre la France et le Siam et dont il sera, une fois de plus, le diplomate officieux : cette expédition sera publiée en 1689 dans le Second voyage de Tachard (Paris, Daniel Horthemels). Tachard deviendra l'interprète mandarin-siamois auprès de Louis XIV et du pape. Il effectuera sa dernière mission en Inde en 1689. Premier apôtre du Bengale, il y décèdera en 1712. Cachet de la Société de Saint-Bertin, du Séminaire de Notre-Dame de Liesse et ex-libris Gosselin manuscrit à l'encre rouge sur le titre. Reliure finement restaurée, auréole intérieure claire. Plusieurs planches réparées ou renforcées. Cordier, Indosinica I, 947. Nissen ZBI, 4066. De Backer/Sommervogel VII, 1802. Graesse VII, 7. Vongsuravatana Raphaël. Guy Tachard ou la Marine française dans les Indes orientales (1684-1701). In: Histoire, économie et société, 1994, 13ᵉ année, n°2. pp. 249-267.
Librairie Alain Brieux - 48, rue Jacob - 75006 Paris - Tél.: 01 42 60 21 98 - Graphisme: Maud - Réalisation: STUDIO DE LÀ ®